Archives de catégorie Echos de L’Eglise

Eglise – Carême 2020: l’appel du Pape François aux chrétiens

Dans le cadre du Carême 2020 qui démarre le Mercredi 16 Février 20, le Saint Père, le Pape François a lancé un appels à tous les chrétiens catholiques.

Le message du Saint-Père pour le Carême 2020 a été rendu public et présenté en conférence de presse, apprend -on du site officiel du Vatican. Dans son appel, le Pape revient sur la signification du Carême, un «temps favorable» qui ne doit «jamais être tenu pour acquis», pendant lequel les chrétiens sont invités à accueillir la miséricorde de Dieu offerte par le Mystère pascal. “Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu» (2 Co 5, 20): ce verset de saint Paul, que l’on entendra mercredi lors de la messe des Cendres, est le titre du message du Saint-Père pour ce Carême 2020. Un texte qu’il a signé le 7 octobre dernier, en la fête de Notre-Dame du Rosaire.

Pour le Pape François, le Mystère pascal, est la «pierre angulaire de la vie chrétienne personnelle et communautaire. Il invite donc la communauté chrétienne à revenir constamment au mystère pascal.

Le souverain pontife dans son message à la communauté catholique a mis l’accent sur la prière durant ce temps de grâces. “La prière est si importante en ce temps de carême”; rappelle-t-il. Une prière qui est communion, un cœur à cœur entre amis; une volonté de correspondre les élans de cœur.

Temps de prière mais aussi temps de conversion a insisté le Pape François. Ce «temps favorable» pour notre conversion «ne doit jamais être tenu pour acquis», insiste François, et plutôt «éveiller en nous un sentiment de gratitude», «nous secouer de notre torpeur». Si la présence du mal «dans nos vies ainsi que dans la vie de l’Église et du monde» est parfois «dramatique», reconnaît le Souverain pontife, «cet espace offert pour un changement de cap exprime la volonté tenace de Dieu de ne pas interrompre le dialogue du salut avec nous»; lit-on dans le message. «Le partage dans la charité rend l’homme plus humain, alors que l’accumulation risque de l’abrutir, en l’enfermant dans son propre égoïsme» a laissé aussi attendre le saint Père invitant à faire de cette période, une période de générosité, de partage.

Eglise – 30 ans de la CFVN: l’appel de la conférence épiscopale du Bénin aux béninois

La conférence épiscopale du Bénin représentée par Mgr Eugène Cyrille Houndékon et les pères, Éric Okpéïtcha et Nathanaël Soédé a tenu une conférence de presse dans la matinée du mardi 18 février 2020, dans le cadre de la célébration des 30 ans de la Conférence des Forces Vives de la Nation. C’est l’occasion pour le clergé béninois de revenir sur les objectifs poursuivis par les évêques du Bénin pour leur implication dans les manifestations commémoratives. Lire ci-dessous l’intégralité de l’adresse aux hommes des médias:

CÉLÉBRATION DU 30 ANNIVERSAIRE DE LA CONFÉRENCE DES FORCES VIVES DE LA NATION

La Conférence des Forces Vives de la Nation, un événement unique.

Dans l’histoire politique de notre pays, le Bénin, la Conférence des Forces Vives de la Nation constitue un événement majeur, fondateur, fédérateur et unique. En effet, en dix jours de travaux intenses, dans une même salle, 493 délégués au nombre desquels on dénombre des adversaires et mêmes des ennemis politiques ont accouché ensemble dun nouveau pacte social, dune nouvelle ère, l’ère du Renouveau démocratique.

A Lire aussi:

Dans son ouvrage Les conférences nationales en Afrique noire : une affaire à suivre, le philosophe camerounais Fabien EBOUSSI BOULAGA confère pratiquement une « portée universelle » à la Conférence des Forces Vives du Bénin. Il n’est pas inutile de préciser que l’invention politique du génie béninois a séduit et inspiré plusieurs autres pays africains.

En décembre 2005, à la faveur de la Lettre pastorale « Peuple béninois, souviens-toi et relève ton pays », les Évêques du Bénin affirmaient ce qui suit : « Il n’y a point de doute, la Conférence des Forces Vives de la Nation, du 19 au 28 février 1990, constitue l’acte fondateur du Renouveau démocratique de notre pays, le sanctuaire de ses valeurs sacrées, le berceau de notre État de droit. » (p. 13.) La même Lettre pastorale poursuit plus loin : « Peuple béninois, la Conférence Nationale des Forces vives représente désormais pour toi un patrimoine sacré à ne pas brader, mais au contraire à sauvegarder, à améliorer et à promouvoir. » (p. 18.)

En juillet 2008, lÉglise catholique avait déjà organisé un colloque national sur le thème « la dynamisation des acquis de la Conférence des Forces Vives de la Nation au regard de l’esprit prophétique de l’Église ». Ce colloque avait entre autres, pour objectifs, dévaluer secteur par secteur, le chemin parcouru, les progrès réalisés tout comme les reculs concédés afin de faire ressortir les efforts à poursuivre pour atteindre le développement de notre Nation.

On comprend alors que la Conférence Épiscopale du Bénin ne veuille pas passer sous silence le 30ème anniversaire cet événement historique majeur qui fait la fierté du Bénin et de l’Afrique. C’est pour cela que le Communiqué final qui a sanctionné sa Session plénière ordinaire de Janvier 2020 a clairement invité les fidèles catholiques et le peuple béninois en général à célébrer avec fierté et action de grâce le 30ème anniversaire de la Conférence des Forces Vives de la Nation de 1990.

Les objectifs de la célébration du 30ème anniversaire de la CFVN
En conviant les fidèles catholiques et le peuple béninois en général à célébrer dignement avec fierté et action de grâce le 30ème anniversaire de la (CFVN), les Évêques du Bénin poursuivent trois principaux objectifs :

Le premier objectif consiste à faire mémoire. Il s’agit de préserver de l’amnésie collective non seulement un événement historique de grande portée mais aussi le caractère héroïque de ses divers protagonistes. La Lettre pastorale « Peuple béninois, souviens-toi et relève ton pays » dit à ce propos : « C’est vrai, la Conférence Nationale n’est pas tombée du ciel comme la manne au désert. Elle a été l’aboutissement indirect de luttes clandestines, d’agitations sociales, de mobilisation informelle des sensibilités politiques et autres organisations du moment. » (p. 15) Du sacrifice et de la bravoure de ces dignes fils et filles du Bénin, il faut que mémoire soit gardée.

A Lire aussi:

Le deuxième objectif réside dans le rappel à la conscience collective des acquis majeurs de ladite Conférence : une démocratie apaisée et participative, l’État de droit, le pluralisme politique, la séparation des pouvoirs, le respect des libertés, le fonctionnement des institutions de pouvoir et de contre-pouvoir… Ces divers acquis ont caractérisé tant bien que mal la vie politique de notre pays, ces 30 dernières années. Et comme ils sont des idéaux, ils ne sont pas à l’abri des remises en cause. D’où la nécessité de les rappeler constamment à la conscience des gouvernants et des citoyens béninois.

Le troisième objectif poursuivi par lÉglise catholique est la transmission aux nouvelles générations de l’héritage de la Conférence Nationale. Il s’agit non seulement des acquis mais surtout de l’esprit de la Conférence nationale, esprit de consensus, de tolérance et de conciliation.

En enterrant la hache de guerre, en se mettant ensemble, l’on peut vaincre ce qui semble une fatalité. Il convient donc d’introduire dans le système éducatif national l’enseignement des acquis et des valeurs de la Conférence Nationale. C’est une page de l’histoire nationale que l’on pourrait, sans exagération, inscrire aux côtés de celles des luttes des peuples pour la décolonisation ou l’indépendance.

Le programme des manifestations
Le programme des manifestations est varié et se présente comme suit :

Du 18 au 27 février 2020 : Neuvaine de prière pour la cohésion sociale, la démocratie et le développement du Bénin sur toutes les paroisses (Récitation dune dizaine de chapelet suivie de la Prière pour le Bénin)
26 février 2020 : Mercredi des cendres, Jeûne à la même intention
28 février 2020 : Messe pour le Bénin sur toutes les paroisses aux heures convenables

28 février 2020 à 19h 00 : Messe solennelle du 30ème anniversaire de la Conférence des Forces Vives de la Nation à la paroisse St Michel de Cotonou par les Évêques du Bénin.
29 février 2020 : Colloque international sur le thème « La Conférence des Forces Vives de la Nation, trente (30) ans après », au Palais des Congrès (salle bleue).

Comme vous pouvez le constatez, le volet spirituel domine. Ceci se comprend bien dans la mesure où l’Église est d’abord une institution spirituelle. Et pour elle, le Souverain Maître des peuples, c’est Dieu ; c’est lui qui conduit leurs destinées à travers les ombres et lumières des événements de l’histoire. C’est donc vers Dieu que l’Église invite tous ses fils et filles de même que les personnes de bonne volonté à se tourner pour lui rendre grâce tout en lui confiant l’avenir de notre pays.

Célébration du 30ème anniversaire et contexte sociopolitique actuel
La célébration du 30ème anniversaire de la Conférence Nationale prend tout son sens dans l’appel des uns et des autres à la vigilance ; la vigilance doit être de mise pour que les valeurs cardinales du Renouveau démocratique (la séparation des pouvoirs, le pluralisme politique, le respect des libertés fondamentales des personnes, la bonne gouvernance) qui sont le résultat d’énormes sacrifices et de luttes de tant d’années ne soient pas remises en cause ou simplement détruites.

Le risque est réel et vaut pour tous les pays du monde entier. Comme nous le savons, les entreprises humaines sont sujettes à des progrès mais aussi à des reculs voire même des interruptions. C’est dire donc que les valeurs qui sous-tendent l’événement de la Conférence Nationale peuvent être érodées ou même disparaître sous le coup de l’usure du temps et de l’amnésie collective. Tout le peuple béninois est appelé à la vigilance.

L’appel de la Conférence Épiscopale du Bénin
Tout comme dans le Communiqué final qui a sanctionné ses travaux de Janvier 2020, la Conférence Épiscopale du Bénin appelle les fidèles catholiques de même que le peuple béninois en général à célébrer avec fierté et action de grâce ce trentième anniversaire de la Conférence Nationale.

Que cette célébration soit pour toutes les composantes du peuple Béninois (Gouvernants, Partis politiques, Société civile, simples citoyens) l’occasion de faire mémoire mais aussi dévaluer de manière critique le chemin parcouru en trente (30) ans ; ceci permettra de tirer leçons de nos succès tout comme de nos échecs pour envisager l’avenir avec plus de vigilance, de détermination et d’engagement collectifs pour le développement de notre cher et beau pays, le Bénin.

Présentation du message de carême « Laissez-vous réconcilier avec Dieu »

Le contexte de cette Message est celui de lentrée en carême. Pour les chrétiens catholiques, le carême est un temps fort qui sétale sur une durée de 40 jours pendant lesquels, ils sont instamment invités à se détourner du péché par le jeûne, la prière et laumône afin de célébrer la Passion-Mort-Résurrection du Christ dans la joie dun cur purifié. Au début de ce temps, les Pasteurs de lEglise (le Pape, les Evêques) envoient des exhortations aux chrétiens pour quils vivent bien ce temps de grâce.

Les Evêques du Bénin ont adressé aux fidèles catholiques et aux personnes de bonne volonté un Message intitulé « « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5, 20). Les destinataires de ce message sont précisés dès lentame : « Fils et filles bien-aimés de Dieu, Chers frères et surs en Christ, Hommes et femmes de bonne volonté » Pour ce qui est de son contenu, le Message revient sur les fondamentaux du temps de carême. En effet, le carême est un temps de grâce, un temps de conversion, de renouvellement intérieur où le chrétien est invité à mieux écouter la Parole de Dieu qui doit être posée au centre même de sa vie.

« Aimons davantage la Parole de Dieu, nourrissons-nous delle. Lisons-la, laissons-nous éclairer et guider par elle dans nos décisions, dans nos choix, dans nos options dans la vie sociale, politique. » (n°10) En effet, Dieu veut parler personnellement à chaque chrétien, à chaque chrétienne dans sa situation existentielle concrète.

En accueillant la Parole de Dieu et en lui demeurant fidèle, le chrétien devient réellement disciple du Christ ; dès lors, il est invité à laisser cette Parole divine transformer sa pensée, ses paroles et ses actions au cour de la cité. Éclairés par la Parole de Dieu, les fidèles sont invités à s’impliquer dans la vie de la cité. Les fidèles sont aussi conviés à la pratique des trois exercices spirituels classiques : le jeûne, la prière et l’aumône. Tous ces efforts les aideront à se réconcilier avec Dieu et aussi avec les frères et surs en vue de célébrer Pâques dans la joie d’un cœur purifié.

Quelques points forts :
N° 3
N° 8

Merci de votre aimable attention

Eglise: promulgation d’une série de décrets sur la cause des saints

Ce jeudi 23 Janvier 2020, le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints a été reçu par le Pape François qui l’autorise à la publication d’une série de décrets sur la cause des saints.

Suite à l’autorisation qu’il a reçu du Pape, le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints a promulgué ce vendredi 24 Janvier 2020 de nouveaux décrets qui reconnaissent notamment le martyre de plusieurs fidèles lors de la guerre civile au Guatemala et les vertus héroïques du père Antoine-Marie de Lavaur (1825-1907) surnommé le «saint de Toulouse ». Ces décrets concernent les personnes ci-après:

-Le martyre des serviteurs de Dieu Benedetto di Santa Coloma de Gramenet (Joseph Domenech Bonet dans le siècle) et ses 2 compagnons, de l’Ordre des frères mineurs capucins; tués en haine de la foi en Espagne, entre le 24 juillet et le 6 août 1936.

-Le martyre des serviteurs de Dieu Giuseppe Maria Gran Cirera et 2 compagnons, prêtres profès des Missionnaires du Très –Saint Cœur de Jésus, et 7 compagnons, laïcs ; tués en haine de la foi, au Guatemala entre 1980 et 1981.

-Les vertus héroïques du bienheureux Giovanni Tavelli de Tossignano, de l’Ordre des  Jésuates, évêque de Ferrare ; né à Tossignano (Italie) en 1386 et mort à Ferrare (Italie) le 24 juillet 1446.

-Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Joaquin Masmitjà y Puig, chanoine de la cathédrale de Girona, fondateur de la congrégation des Missionnaires du Cœur de Marie ; né à Olot (Espagne) le 29 décembre 1808 et mort à Girona (Espagne) le 26 août 1886.

-Les vertus héroïques du serviteur de Dieu José Antonio Plancarte y Labastida, prêtre diocésain, fondateur de l’Institut des Sœurs de Marie Immaculé de Guadalupe ; né à Mexico (Mexique) le 23 décembre 1840 et mort dans la même ville le 26 avril 1898.

-Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Pio Gurruchaga Castuariense, prêtre diocésain, fondateur de la congrégation des Auxiliatrices paroissiales du Christ-Prêtre ; né à Tolosa (Espagne) le 5 mai 1881 et mort à Bilbao (Espagne) le 22 mai 1967.

-Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Antoine-Marie de Lavaur (François-Léon Clergue dans le siècle), prêtre profès de l’Ordre des Frères mineurs capucins ; né à Lavaur (France) le 23 décembre 1825 et mort à Toulouse (France) le 8 février 1907.

-Les vertus héroïques de la servante de Dieu Maria del Monte Carmelo de la Très-Sainte Trinité (Carmen Caterina Bueno dans le siècle), moniale professe de l’Ordre des carmélites déchaussées ; née à Campinas (Brésil) le 25 novembre 1898 et morte le 13 juillet 1966 à Taubaté (Brésil).

Eglise: le Pape François nomme un nouvel archevêque à Monaco

La communauté catholique de Monaco a un nouvel archevêque. Il a pour nom Dominique-Marie David. Il vient ainsi succéder à Mgr Bernard Barsi

Le père Dominique-Marie David, est le nouvel archevêque de Monaco . Il vient d’être nommé par le Pape Fraçois pour assumer cette fonction. Avant sa nomination, il était jusque-là membre de l’équipe animatrice du séminaire interdiocésain Saint-Jean. Il succède à Mgr Bernard Barsi.

Le père Dominique-Marie David est né le 21 septembre 1963 à Beaupréau dans le diocèse d’Angers (France). Après le lycée, il a fréquenté l’Université Catholique de l’Ouest à Angers, où il a obtenu une licence de philologie anglaise et a travaillé comme professeur d’anglais.

Admis au sein de la communauté de l’Emmanuel, il est envoyé comme séminariste au séminaire interdiocésain Saint-Paul de Louvain-la-Neuve (Belgique) et obtient un baccalauréat en théologie à l’Université Catholique de Louvain. Le nouvel archev^rque fut institué prêtre le 29 juin 1991 pour le diocèse de Nantes. Son ordination épiscopale aura lieu le dimanche 8 mars 2020 à 15h30 en la cathédrale Notre-Dame-Immaculée de Monaco

Pape François: “Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l’Église”

Une réflexion sur le célibat sacerdotal dans l’obéissance filiale au Pape a été publié en France le 15 janvier 2020. Une production du cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, avec une contribution du pape émérite Benoît XVI. 

Un livre sur le sacerdoce qui porte les signatures du cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, avec une contribution du pape émérite Benoît XVI (mis à jour suite à une déclaration du préfet de la maison pontificale, Mgr Georg Ganswein), fut publié en France le 15 janvier. Les auteurs dans cet essai entrent dans le débat sur le célibat et la possibilité d’ordonner des hommes mariés comme prêtres. Ratzinger et Sarah – qui se décrivent comme deux évêques “en obéissance filiale au Pape François” qui “cherchent la vérité” dans “un esprit d’amour pour l’unité de l’Eglise” défendent la discipline du célibat et avancent les raisons qui, à leur avis, déconseillent de la modifier. La question du célibat occupe 175 pages du livre, avec deux textes; l’un du Pape émérite et l’autre du Cardinal; ainsi qu’une introduction et une conclusion signées par les deux hommes.

Dans son texte, le Cardinal Sarah rappelle qu'” il existe un lien ontologico-sacramentel entre le sacerdoce et le célibat “. Tout affaiblissement de ce lien mettrait en question le Magistère du Concile Vatican II et l’autorité des Papes Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI. J’implore le Pape François de nous protéger définitivement d’une telle éventualité en opposant son veto à tout affaiblissement de la loi du célibat sacerdotal, même s’il est limité à une région ou à une autre “.

Le cardinal Sarah va jusqu’à décrire la possibilité d’ordonner des hommes mariés comme ” une catastrophe pastorale, une confusion ecclésiologique et une obscurcissement de la compréhension du sacerdoce “. Réfléchissant sur le sujet dans sa brève contribution, Benoît XVI remonte aux racines juives du christianisme, affirmant que dès le début de la ” nouvelle alliance ” de Dieu avec l’humanité, établie par Jésus, le sacerdoce et le célibat sont unis. Il rappelle que déjà “dans l’Église ancienne”, c’est-à-dire au premier millénaire, “les hommes mariés ne pouvaient recevoir le sacrement de l’Ordre que s’ils s’engageaient à l’abstinence sexuelle”.

Le célibat sacerdotal n’est pas, et n’a jamais été, un dogme. C’est une discipline ecclésiastique de l’Église latine qui représente un don précieux, comme l’ont affirmé tous les récents Souverains Pontifes. Les Églises catholiques de rite oriental permettent la possibilité d’ordonner des hommes mariés comme prêtres. Des exceptions ont également été admises dans l’Église latine par Benoît XVI lui-même dans la Constitution apostolique Anglicanorum coetibus, dédiée aux prêtres anglicans qui cherchent la communion avec l’Église catholique, qui prévoit ” l’admission des hommes mariés à l’ordre au cas par cas, selon des critères objectifs approuvés par le Saint-Siège “.

Il convient de rappeler que le Pape François s’est lui aussi exprimé à plusieurs reprises sur ce sujet. Alors qu’il était encore cardinal, dans la conversation sur le livre avec le rabbin Abraham Skorka, il a expliqué qu’il était en faveur du maintien du célibat : “avec tous les avantages et les inconvénients que cela comporte, en dix siècles, il y a eu plus d’expériences positives que d’erreurs. La tradition a un poids et une validité”. Dans un dialogue avec les journalistes qui ont pris le vol de retour du Panama en janvier dernier, le Pape a rappelé que dans les Eglises catholiques orientales, l’option du célibat ou du mariage avant le diaconat est possible ; mais il a ajouté, concernant l’Eglise latine : “Je préfère donner ma vie plutôt que de changer la loi sur le célibat. Cela m’est venu à l’esprit et je veux le dire, parce que c’est une phrase courageuse, dans un moment plus difficile … Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l’Église. Deuxièmement, je ne suis pas d’accord pour autoriser le célibat optionnel, non.” Dans sa réponse, il a également parlé de la discussion entre théologiens sur la possibilité d’accorder des exemptions pour certaines régions éloignées, comme les îles du Pacifique. Il a toutefois précisé : ” Il n’y a pas de décision de ma part. Ma décision est la suivante : “célibat facultatif avant le diaconat, non. C’est quelque chose pour moi, quelque chose de personnel, je ne le ferai pas, cela reste clair. Suis-je “fermé” ? Peut-être. Mais je ne veux pas me présenter devant Dieu avec cette décision“.

 

Eglise: Joseph, un exemple de sagesse

Lors de l’angélus du quatrième et dernier dimanche de l’Avent, le Saint Père, le Pape François a centré sa méditation sur la figure de Joseph, l’époux de la Vierge Marie. 

Lors de l’angélus en ce quatrième et dernier dimanche de l’Avent, le Pape François depuis la place Saint-Pierre a évoqué la figure de Joseph, l’époux de la Vierge Marie, l’homme attaché à faire la volonté de Dieu. Modestie et discrétion sont les traits caractéristiques de Joseph. Selon le souverain Pontife, Joseph ” apparait aux côtés de la Vierge Marie et de Jean-Baptiste mais il «ne prêche pas, ne parle pas, mais s’efforce de faire la volonté de Dieu», Une volonté qu’il fait  dans une relative pauvreté, conscient qu’il dépend en tout de Dieu.

Dans l’Évangile de ce dimanche, Joseph se révèle par son élégance quand il apprend que Marie, avec qui il ne vit pas encore, «attend un enfant par l’œuvre de Dieu». Loin des réactions impulsives généralement observées en pareille circonstance, Joseph cherche une solution qui respecte la dignité et l’intégrité de sa bien-aimée Marie», explique le pape François.

C’est l’Ange du Seigneur qui dans un songe lui dictera la conduite à tenir. Et Joseph fit complètement confiance à Dieu, poursuit le Pape. «C’est précisément cette confiance inébranlable en Dieu qui lui a permis d’accepter une situation humainement difficile et, en un certain sens, incompréhensible» précise le saint père.

Le Pape François finit sa méditation, par une espérence. Que “l’exemple de cet homme doux et sage nous exhorte à élever le regard et à le projeter au-delà. Il s’agit de récupérer la surprenante logique de Dieu qui, loin des petits ou grands calculs, est faite d’ouverture vers de nouveaux horizons, vers le Christ et sa Parole.”

Eglise: le Pape François pose un nouveau pas dans la lutte contre la pédophilie

L’Eglise catholique vient de faire un nouveau pas dans la recherche de solution aux drames de pédophilie qui la secoue. Le Pape François vient de lever le secret pontifical sur les dénonciations d’agressions sexuelles.

Le pape François a levé le secret pontifical sur les dénonciations d’abus sexuels, ainsi que sur les procès et verdicts dans ce domaine, a annoncé ce mardi 17 décembre le Vatican, tout en maintenant un minimum de confidentialité. Le pape, qui a fait de la lutte contre les agressions sexuelles commises dans l’Église catholique l’une des priorités de son pontificat, fait ainsi un pas supplémentaire sur ce sujet, éliminant toute ambiguïté sur la portée

du secret pontifical.

Les «instructions» signées par le pape ont pour objectif «de préciser le degré de confidentialité avec lequel il faut gérer les informations et les plaintes concernant les abus sexuels» commis par des religieux, explique Mgr Juan Ignacio Arrieta, membre du Conseil pontifical pour les textes législatifs, cité dans un communiqué du Vatican. Plus direct, Giuseppe Dalla Torre, ex-président du Tribunal de l’Etat de la Cité du Vatican, affirme que « le pape François abolit le secret pontifical pour les cas d’abus sexuels », selon le même communiqué.

Jusqu’à présent, ce secret pontifical empêchait les victimes non seulement de suivre le déroulement de la procédure ecclésiastique contre un prêtre ou un religieux qui les avait agressées, mais même d’être informées de l’issue du procès et d’une éventuelle sanction de leur agresseur. « Les plaintes, témoignages et documents de procédure » relatifs aux abus et conservés dans les archives du Vatican ou dans celles des diocèses pourront être communiqués aux autorités judiciaires qui les demanderaient. Il s’agit d’un « signe d’ouverture, de disponibilité, de transparence et de collaboration avec les autorités civiles », commente le directeur éditorial des médias du Vatican, Andrea Tornielli, rapporté par Le Monde

Eglise: commentaire des textes de ce dimanches 24 Novembre 2019

En ce 34e Semaine du Dimanche (C), où commémorons la solennité du  Christ Roi de l’Univers, nous vous proposons le commentaire de l’évangile du jour. Commentaire fait l’Abbé Joan GUITERAS  Vilanova (Barcelona, Espagne)

Texte de l’Évangile (Lc 23,35-43):

On venait de crucifier Jésus et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant: «Il en a sauvé d’autres: qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu!». Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient: «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même!». Une inscription était placée au-dessus de sa tête: «Celui-ci est le roi des Juifs».

L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait: «N’es-tu pas le Messie? Sauve-toi toi-même, et nous avec!». Mais l’autre lui fit de vifs reproches: «Tu n’as donc aucune crainte de Dieu! Tu es pourtant un condamné, toi aussi! Et puis, pour nous, c’est juste: après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal». Et il disait: «Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne». Jésus lui répondit: «Amen, je te le déclare: aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis».

Commentaire de l’évangile du jour: 

«Celui-ci est le roi des Juifs»
Aujourd’hui, l’Évangile nous fait soulever les yeux vers la Croix sur laquelle le Christ agonise au Calvaire. Là, nous voyons le Bon Berger qui donne sa vie pour ses brebis. Placée au dessus de sa tête, une inscription dit: «Celui-ci est le roi des Juifs» (Lc 23,38).

Celui-ci, qui souffre atrocement et dont le visage est si défiguré, peut-t-il vraiment être le Roi? Comment est-ce possible? Le bon larron, un des deux malfaiteurs suspendus à la croix à droit et à gauche de Jésus, l’a parfaitement compris.

Il lui dit, d’une voix suppliante: «Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne» (Lc 23,42). La réponse de Jésus est réconfortante et assurée: «Amen, je te le déclare: aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis» (Lc 23,43).

Oui, avouons donc que Jésus est le Roi. “Roi” avec majuscule. Personne ne sera jamais à l’hauteur de sa puissance. Le Règne de Jésus n’est pas de ce monde. C’est un Règne où l’on entre par la conversion chrétienne.
Un Règne de vérité et de vie, Règne de sainteté et de grâce, Règne de justice, d’amour et de paix. Un Règne qui est naît du Sang et de l’eau qui jaillirent du côté de Jésus-Christ.
Le Règne de Dieu fût le sujet principal du prêche du Seigneur. Il invitait tout le monde sans cesse à y entrer. Un jour, dans le Sermon sur la montagne, Il a proclamé «bienheureux les pauvres d’esprit, parce qu’à eux appartient le royaume des cieux».
Origène, en glosant ces paroles de Jésus «En effet, voilà que le Règne de Dieu est au milieu de vous» (Lc 17,21), explique que «celui qui prie pour que vienne le Royaume de Dieu prie avec raison qu’en lui s’élève, fructifie, s’achève le Règne de Dieu».
Et il ajoute que «le Royaume de Dieu en nous, alors que nous progressons toujours, atteindra sa perfection, quand s’accomplira la parole de l’apôtre: lorsqu’Il aura soumis tous Ses ennemis, le Christ remettra le Royaume à Dieu le Père, afin que Dieu soit tout en tous». L’auteur nous exhorte à dire toujours «Que ton nom soit sanctifié, que ton Règne vienne».
Vivons d’ores et déjà le Règne avec sainteté, et témoignons de lui avec la charité qui authentifie la foi et l’espérance.

Commentaire sur l’évangile du jour par
Abbé Joan GUITERAS i Vilanova (Barcelona, Espagne)

Eglise: le Pape François entame sa mission ce Jeudi à Thaïlande (programme)

En tournée asiatique depuis ce Mercredi 20 Novembre 2019, le Pape François entame dès demain Jeudi 21 Novembre 2019, sa mission à Bangkok.

Du 20 au 23 Novembre 2019, le chef de l’Eglise catholique, le Pape François sera en tournée à Thaïlande où il quittera pour le Japon. A Bangkok, le souverain Pontife sera accompagné durant sa visite par sa cousine Ana Rosa Sivori, missionnaire depuis plus de 50 ans en Thaïlande, qui jouera aussi pour lui le rôle d’interprète. Le programme de tournée asiatique a été rendu public ce mercredi 2 octobre 2019, rapporte Vatican News.

Programme du séjour asiatique du pape:

La cérémonie de bienvenue se tiendra à Bangkok ce jeudi 21 novembre, à 9h dans la cour du palais gouvernemental, construit à la mode vénitienne. Le Pape y rencontrera le Premier ministre, avant de s’exprimer devant les autorités, la société civile et le corps diplomatique.

Dans ce pays très majoritairement bouddhiste (95%), le Pape saluera le Patriarche suprême des bouddhistes, Somdet Phra Maha Munivongà 10h dans le temple Rajabophit, dont le Patriarche est le supérieur; selon un calendrier rendu public par le site d’information officiel du Vatican.

  • À 11h15, une visite est prévue à l’hôpital Saint Louis. Le Pape y rencontrera le personnel soignant puis, en privé, des malades et des personnes handicapées. Cette structure fut inaugurée à la fin du XIXème siècle pour soigner les pauvres, les missionnaires et les Français résidant dans le Royaume de Siam. Ce fut un des grands projets du vicaire apostolique du Siam de l’époque, Mgr Louis Vey, qui reçut alors le soutien du roi Rama V.
  • À 17h, le Pape s’entretiendra en privé avec le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, Rama X, au palais Royal.
  • François se rendra ensuite au Stade national où il présidera la messe, qui commencera à 18h,
  • Vendredi 22 novembre, le Pape consacrera sa journée à la communauté chrétienne, qui représente en Thaïlande environ 1% de la population. Dès 10h, François s’exprimera devant les prêtres, religieux, religieuses, séminaristes et catéchistes, à la paroisse Saint-Pierre. 
  • À 11h, au sanctuaire du bienheureux Nicholas Boonkerd Kitbamrung, il rencontrera les évêques thaïlandais et de la FABC, l’association des conférences épiscopales d’Asie. Sur place, François s’entretiendra également en privé avec les membres de la Compagnie de Jésus.
  • Dans l’après-midi, à 15h20, le Pape prononcera un discours devant les responsables des Églises chrétiennes et des dignitaires d’autres religions à l’université de Chulalongkorn. Deuxième confession du pays, la communauté musulmane représente 4% de la population.
  • À 17h, le Pape célèbrera la messe en présence des jeunes catholiques du pays en la cathédrale de l’Assomption.

Au Japon, le Pape poursuit sa mission:

Au terme de deux jours de visites en Thaïlande, le Pape rejoindra le Japon samedi 23 novembre. Il y arrivera vers 17h40 (heure locale), après avoir quitté Bangkok à 9h30. Une cérémonie de bienvenue est prévue à l’aéroport international de Tokyo. Puis à 18h30, le Pape prononcera son premier discours au Japon devant les évêques du pays à la nonciature.

La plupart des Japonais sont en même temps bouddhistes et shintoïstes. Moins de 2% de la population est de confession chrétienne. Depuis 1549, année à laquelle arriva saint François-Xavier dans le pays, les jésuites ont toujours porté un regard privilégié sur le Japon.

C’est le cas également du Pape François qui souhaita y être lui-même missionnaire dans sa jeunesse, impressionné notamment par l’engagement du père Pedro Arrupe. Cet ancien supérieur des Jésuites y passa de nombreuses années.

Il était à Hiroshima lorsque la ville fut presque anéantie par la bombe A, larguée le 6 août 1945. Avec ses compagnons, ils improvisèrent un hôpital dans la maison du noviciat, et y soignèrent des dizaines de personnes victimes des radiation.

Plus de 70 000 personnes sont mortes le jour du bombardement. Trois jours plus tard, les Américains larguaient une nouvelle bombe sur la ville de Nagasaki. Le Pape se rendra dans ces deux villes dévastées lors de la Seconde guerre mondiale.

Message sur les armes nucléaires à Nagasaki 

Dès le lendemain de son arrivée au Japon, dimanche 24 novembre, François se rendra à Nagasaki, où son arrivée est prévue à 9h20.

  • À 10h15, il prononcera un «message sur les armes nucléaires» à l’Atomic Bomb Hypocenter Park. À 10h45, au monument des martyrs sur la colline de Nishizaka, François rendra hommage aux «saints martyrs».
  • À 14h, il célèbrera la messe dans la stade de baseball de la ville. Il quittera ensuite Nagasaki pour Hiroshima. Son arrivée y est prévue à 17h45
  • . Lors de son étape à Hiroshima, un évènement, le Pape se rendra au Mémorial de la Paix pour «une rencontre de paix», qui débutera à 18h40.  Il rejoindra Tokyo le soir même, arrivant à l’aéroport de la capitale à 21h50.
  • Lundi 25 novembre, dans la capitale japonaise, le Pape rencontrera à partir de 10h les «victimes du triple désastre», du séisme et du tsunami survenus le 11 mars 2011 dans le nord-est de l’archipel; une catastrophe naturelle amplifiée par l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima.
  • François se rendra ensuite Palais impérial pour un entretien en privé avec l’Empereur Naruhito.
  • À 11h45, le Pape rencontrera les jeunes catholiques du Japon en la cathédrale de Sainte Marie. Après le déjeuner à la nonciature apostolique, le Saint-Père célébrera la messe au Tokyo Dome, à 16h, avant de se rendre à Kantei, au siège du gouvernement. Il s’entretiendra en privé avec le Premier ministre Shinzo Abe, et s’adressera aux autorités, à la société civile et au corps diplomatique.

Mardi 26 novembre, lors de sa dernière journée au Japon, le Pape célébrera en privé une messe avec des membres de la compagnie de Jésus, dans la chapelle du Kulturzentrum de l’université Sophia,

  • à 7h45. Il petit déjeunera et s’entretiendra avec le Collège Massimo de l’université. Sur place, il rencontrera d’anciens prêtres et des malades, à partir de 9h40, avant une visite officielle de la structure. Le Pape y prononcera son dernier discours. Il prendra ensuite le chemin de l’aéroport.
  • La cérémonie de départ débutera à 11h20, puis l’avion du Pape décollera à 11h35. pourle Vatican.

Eglise: le Pape François foule le sol Thaïlandais

L’avion du souverain Pontife, le Pape François a atterri ce mercredi à l’aéroport de Bangkok à 12h05 heure locale (6h05 heure de Rome).

Comme annoncé parle site officiel du Vatican, le chef de l’Eglise catholique, le Pape François a foulé le sol thaïlandais ce Mercredi 20 Novembre 2019. Après l’atterrissage de l’avion du Pape, il fut accueilli à sa descente d’avion, par un membre du Conseil de la Couronne qui lui a offert des fleurs. Il a ensuite salué des représentants du gouvernement ainsi que les évêques thaïlandais et onze enfants en costumes traditionnels; rapporte Vatican News.

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, personnes debout, mariage et plein air

Le Saint-Père a ensuite rejoint sa voiture pour se rendre à la nonciature où il logera le temps de son séjours  en Thaïlande. Après plus de 11 heures de temps de voyage,  le souverain Pontife doit se reposer le reste de la journée. Il entamera donc sa mission dès ce jeudi 21 Novembre par un entretien en tête-à-tête avec le Premier ministre, le général Prayuth Chan-ocha, suivie d’une rencontre avec les autorités, les représentants de la société civile et du corps diplomatique.

Calendrier du séjour: 

Au cours de son séjours dont l’objectif entre autre est de “renforcer les liens d’amitié” avec les bouddhistes. A cet effet, il prendra langue le jeudi le 20e patriarche suprême Somdej Phra Maha Muneewong dans un haut lieu du bouddhisme. Il aura aussi ce jour-là des rencontres privées avec le Premier ministre, le général Prayut Chan-O-Cha, ainsi qu’avec le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn.
L’image contient peut-être : 1 personne, chaussures, arbre, enfant et plein air
Il célébrera ensuite dans un stade une messe pour la communauté catholique très minoritaire du pays, qui compte officiellement 0,59% de baptisés, soit près de 400.000 fidèles.
La journée de vendredi sera consacrée à des rencontres avec les prêtres, religieux et évêques du pays, mais aussi à une messe dans la cathédrale de Bangkok spécialement dédiée aux jeunes.
Samedi, le souverain pontife rejoindra en avion le Japon.